Connaissances et usages en langue seconde

29, 30 juin & 1er juillet 2016
Laboratoire de linguistique de Nantes & Université de Nantes

Dans le champ de l'acquisition des langues secondes traversé par différentes conceptions de la capacité humaine de langage, on s'accorde à penser que plusieurs facteurs déterminent les usages de langue seconde. Quels que soient les modèles, il est admis que des connaissances linguistiques et non linguistiques (cognitives, encyclopédiques) sont impliquées dans le processus acquisitionnel. Mais en quoi consistent ces connaissances, sont-elles des composantes d'un système linguistique déjà là ou en construction, ou des savoirs verbalisables sur ce système ou ces variétés de langues? Dès lors, quels liens connaissances et usages entretiennent-ils? Ces questions font débat.

Les connaissances en langue seconde peuvent être considérées comme un ensemble de dispositions cognitives, en partie façonnées par les usages en L1, qui permettent à l'apprenant de comprendre et produire en langue seconde dans des situations variées. Les principes d'organisation de l'information dans les modèles fonctionnalistes (Watorek, Benazzo, Hickmann 2012) ou la capacité de calcul statistique dans les modèles émergentistes (Ellis 2006, 2012) font partie de ces connaissances globales avec lesquelles l'apprenant aborde l'acquisition d'une langue seconde. Dans quelle mesure l'émergence, l'augmentation ou la perte de ces connaissances conduisent-elles dès lors à une restructuration de l'interlangue ?

Les connaissances et usages peuvent aussi désigner deux types de connaissances linguistiques, respectivement les connaissances déclaratives ou explicites et les connaissances procédurales ou implicites. Les connaissances déclaratives peuvent-elles être transformées en connaissances procédurales (Anderson 1990, DeKeyser 2007) ou ces connaissances sont-elles au contraire indépendantes car issues de deux processus d'apprentissage strictement distincts (Paradis 1994, 2009) ?

L'enjeu de ces recherches sur l'interface entre connaissances sur la langue et usages de la langue devient central dans l'enseignement d'une langue seconde. Si une langue s'acquiert par procéduralisation de connaissances explicites, son apprenabilité repose sur un ensemble de techniques de procéduralisation à définir. Si au contraire le développement de connaissances déclaratives ne conduit pas au développement d'usages automatiques en langue seconde, un présupposé de nombreuses interventions en milieu institutionnel est remis en cause et appelle à repenser l'enseignement des langues.

Dans la continuation de discussions récentes (Hulstijn 2005, De Graff et Housen 2009, Han et Finneran, 2014, Adringa et Rebushat 2015), ce colloque entend mettre l'accent sur les connaissances et usages de langue seconde ainsi que sur les différentes façons de concevoir ces entités et leur articulation.

Le colloque accueillera des communications qui exposent les résultats de recherches sur l'acquisition de langue seconde (y compris sur les langues d'héritage) et interrogent l'interface entre connaissances et usages en langue seconde. Sont encouragés des travaux mettant en place des dispositifs originaux pour accéder aux connaissances et usages des locuteurs, des travaux sur des langues peu étudiées et des études contrastives de productions de locuteurs plus ou moins exposés à des connaissances déclaratives.

Références

Adringa S. & P. Rebuschat. (2015). New Directions in the Study of Implicit and Explicit Learning. An introduction. Studies in Second Language Acquisition, Special Issue 02, 185-196.

Anderson, J. (1990). Cognitive psychology and its implications. New-York : W.H. Freeman.

DeKeyser R. (Ed.). (2007). Practice in a second language: Perspectives from applied linguistics and cognitive psychology. New York : Cambridge University Press.

De Graaff, R., & Housen, A. (2009). Investigating the Effects and Effictiveness of L2 Instruction. In M.H. Long & C.J. Doughty, The Handbook of Language Teaching (pp. 726-755). Oxford : Wiley-Blackwell.

Ellis N. C. (2006). Selective Attention and Transfer Phenomena in L2 Acquisition : Contingency, Cue, Competition, Salience, Interference, Overshadowing, Blocking, and Perceptual Learning. Applied Linguistics 27(2). 164-194.

Ellis, N. C. (2012). What can we count in language, and what counts in language acquisition, cognition, and use? In S. Th. Gries & D. S. Divjak (Eds.) Frequency effects in language learning and processing (Vol. 1). (pp. 7-34). Berlin: Mouton de Gruyter

Han, Z., & Finneran (2014). Re-engaging the interface debate : strong, weak none, or all ? International Journal of Applied Linguistics, 24(3), 370-389.

Hulstijn, J. (2005). Theoretical and empirical issues in the study of of implicit and explicit second language learning. Studies in Second Language Acquisition, 27(2), 129-140.

Paradis, M. (1994). Neurolinguistic Aspects of Implicit and Explicit Memory: Implications for Bilinguism and SLA. In N.C. Ellis. Implicit and Explicit learning of languages (pp. 393-416). Academic Press Ltd.

Paradis, M. (2009). Declarative and Procedural Determinants of Second Languages. Amsterdam : John Benjamin.

Watorek M., Benazzo S., Hickmann M. (éds) (2012). Comparative perspectives on language acquisition : A Tribute to Clive Perdue. Multilingual Matters.